L’histoire des thérapies familiales

Pour Freud, au début du XXe siècle, la famille ne pouvait pas être un corps malade, même s’il la considérait comme étant le centre du conflit individuel. Depuis les années 1950 pourtant, les thérapies familiales se sont fortement développées.

Un peu d’histoire

Les thérapies familiales se sont fortement développées aux Etats-Unis, à partir des années 1950. Leur histoire est très liée à l’arrivée de l’ordinateur. Avec lui, on a commencé à penser en termes de réseau, de système et de liens. De fait, les thérapies familiales systémiques s’appuient beaucoup sur la loi des ensembles en mathématiques. Cette dernière dit que dès que l’on touche à une partie, alors on modifie l’ensemble. Ainsi, une personne malade ne serait plus que le symptôme d’un dysfonctionnement familial.

Cette façon de voir doit beaucoup à l’école de Palo Alto. Ce mouvement, né dans la banlieue de San Francisco vers 1950, a rassemblé mathématiciens, psychologues et informaticiens. Ensemble, ils ont jeté les bases des thérapies familiales systémiques. Leur idée est que tout repose sur la communication. Dès que l’on parle, on met en place des liens. Et dès qu’il y a silence ou rétention de parole, il y a appauvrissement du lien. Les thérapeutes familiaux vont donc essentiellement se concentrer sur la communication et sur l’observation des comportements.

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *